Ce dimanche 25 juin, l’organisation Stop Tihange & Doel organise une chaîne humaine trinationale entre la centrale nucléaire de Tihange et Aix-la-Chapelle en passant par Liège et Maastricht. À travers cette action, les participants veulent renforcer leur opposition au nucléaire. Cette manifestation symbolise, en effet, la protestation commune de différentes associations issues d’Allemagne, des Pays-Bas et de Belgique contre les centrales nucléaires belges. Le dossier des cuves de Tihange 2 et Doel 3 est à la base de cette initiative.

ENGIE Electrabel Tihange jbc arSûreté nucléaire, priorité inconditionnelle

L’activité nucléaire n’est possible que dans le cadre d’un contrôle strict assigné à l’Agence fédérale de contrôle nucléaire. Différentes études et rapports d’instances indépendantes ont prouvé que ces centrales peuvent être exploitées en toute sûreté, ce qu’a confirmé l’Agence fédérale de contrôle nucléaire.

Toutefois, ENGIE Electrabel comprend que l’on puisse encore avoir des questions. Le 25 juin, nous voulons aussi montrer que nos centrales sont exploitées de façon professionnelle en toute sûreté. Nous sommes ouverts au dialogue et transparents avec les pays voisins afin de restaurer la confiance en l’exploitation de nos centrales.

En savoir plus :

Rôle intermédiaire

En tant que groupe énergétique mondial, ENGIE soutient l’accord sur le climat de Paris. Afin d’atteindre ces objectifs, une transition énergétique profonde est nécessaire. Le Groupe veut être leader de cette transition énergétique en développant fortement les énergies renouvelables.

Chez ENGIE Electrabel, nous sommes convaincus qu’il n’y aura pas de retour en arrière et que nous allons vers un monde décarboné. Nous voulons être le moteur local de ce mouvement global. Les centrales nucléaires belges peuvent jouer un rôle intermédiaire dans cette transition énergétique, pour approvisionner le pays en électricité sûre, compétitive et sans émission de CO2.

Transparence et dialogue

Dans une volonté de transparence et de dialogue de la part d’ENGIE Electrabel, Jean-Philippe Bainier, directeur de la centrale nucléaire de Tihange, a donné plusieurs interviews cette semaine aux journaux La Meuse (Liège), De Limburger (Maastricht) et Aachener Zeitung/Aachener Nachrichten (Aix-la-Chapelle). Voici ces interviews :De plus, Thierry Saegeman, Chief Nuclear Officer d’ENGIE Electrabel, et Jean-Philippe Bainier inviteront une délégation de représentants de la chaîne humaine pour une discussion ouverte ce dimanche 25 juin. Nous vous communiquerons aussi le compte-rendu de cette rencontre.

ENGIE Jean-Philippe Bainier jbc ar« Nous entendons les craintes de la population, en particulier dans les régions transfrontalières en Allemagne et aux Pays-Bas et nous voulons répondre en toute transparence aux questions concernant les centrales nucléaires belges », déclare Jean-Philippe Bainier. « Nous attachons énormément d’importance au dialogue et nous espérons pouvoir échanger de façon constructive avec les représentants de la chaîne humaine. »

22.06.2017


Mise à jour

La chaîne humaine de ce dimanche 25 juin s’est déroulée en toute sérénité.

La direction d’ENGIE Electrabel avait proposé aux organisateurs de les rencontrer. À la demande des organisateurs, cette réunion n’a pas pu avoir lieu ce dimanche, mais sera prochainement organisée. Nous vous tiendrons informés.

Nous respectons le droit d’expression de chacun et considérons que, dans le secteur nucléaire, aucune question ne doit rester sans réponse. Aussi, nous voulons dialoguer avec les organisateurs de manière ouverte et transparente et montrer que la sûreté est la priorité absolue d’ENGIE Electrabel et des 2.200 collaborateurs des sites.

26.06.2017