Lancée en 2010 en France, la Fondation ENGIE a déjà accompagné près de 200 projets dans 30 pays. En 2013, un comité de sélection belge a vu le jour. Depuis sa création, il aidé 26 projets ayant un impact pour 40.000 enfants. L’occasion de faire le point avec Mathieu Vandenbroecke, Sponsorship Manager de la Fondation en charge des projets belges.

Fondation ENGIE Stichting jbcQuelle est la mission de la Fondation ENGIE en Belgique ?

Mathieu Vandenbroecke : « Nous nous focalisons sur l’enfance et la jeunesse. Nous aidons concrètement des associations belges qui visent l'insertion de l’enfance et de la jeunesse par l’éducation, le sport et la culture. Cette Fondation, comme nos autres actions de mécénat, fait partie de la politique de responsabilité sociétale d’ENGIE. Créée originellement en France en 2010, elle a, depuis juin 2013, un comité de sélection belge pour des projets qui ne concernent que notre pays. La Fondation ENGIE permet de donner un visage à l’engagement sociétal de notre groupe mais aussi de tous ses collaborateurs, dont certains sont pleinement impliqués dans du bénévolat à caractère social. »

L’aide n’est pas uniquement financière…

M.V. : « Absolument. Chaque année, la Fondation nous attribue un montant de 500.000 euros pour aider les associations belges qui entrent dans nos critères. Mais à côté de cet argent, le Groupe ENGIE met aussi toute son expertise à disposition. Et celle de ses 18.000 collaborateurs en Belgique. Par exemple, nous pouvons réaliser gratuitement un audit énergétique des bâtiments des associations. Ou offrir de la consultance de communication pour les aider à écrire un communiqué ou organiser une conférence de presse. L’aide peut aussi être matérielle. Nous disposons de tickets gratuits pour des matchs de football que nous pouvons offrir à des enfants des associations. De même, notre partenariat avec le Musée Magritte permet d’organiser des visites. Nous pouvons également aider les associations dans la recherche de nouveaux mécènes ou dans la création de partenariats avec d’autres associations avec lesquelles des projets communs peuvent être développés en faveur de la jeunesse. »

Vous parliez d’un comité de sélection belge. Comment est-il composé ?

M.V. : « L’idée de base était de réunir des personnes d’expertises et d’horizons différents. Vous avez des experts du Groupe ENGIE et des personnalités extérieures comme Eric Van Cutsem, professeur d’oncologie à la KU Leuven, Marianne Wagner, consultante en philanthropie. Mais aussi Pierre Kroll ou Jacques Borlée que l’on ne présente plus… Cette diversité de compétence au sein du comité de sélection permet d'accompagner, de suivre et d’évaluer les projets de façon dynamique et professionnelle. »

Quel est le bilan belge de la Fondation depuis 2013 ?

M.V. : « Nous avons aidé 26 projets. Ce qui a un impact sur quelque 40.000 enfants ! Dans les trois Régions du pays. Ce sont toutes des associations visant l’insertion de l’enfance et de la jeunesse par l’éducation, le sport et la culture. Il est évidemment impossible de les citer toutes ici. Mais les projets vont de l’accueil de personnes handicapées à des cours à distance pour enfants malades en passant par l’intégration d’enfants défavorisés grâce au cirque. »

L’aide est limitée dans le temps ?

M.V. : « Nous concluons des partenariats d’une année. Mais cela ne signifie pas la fin du partenariat au bout de douze mois. Nous accompagnons le projet, l’évaluons et, si possible, renouvelons le partenariat. »

Vous souhaitez soumettre un projet ? Rendez-vous sur www.projets.fondation-engie.com.

À lire également :

18.03.2016