Comment ENGIE Electrabel évite-t-elle les erreurs humaines ?

La sûreté est la priorité absolue et est ancrée à tous les niveaux : la conception de la centrale, les procédures et les méthodes, ainsi que le comportement humain. Nous travaillons en permanence à l’optimisation de ces trois facteurs. Dans notre jargon, nous parlons de stratégie de « defence in depth » ou de « protection en profondeur ».

 

Nous utilisons des techniques comportementales appelées « human performance tools » afin d’éviter des erreurs humaines. Grâce à l’application de ces outils, les pièges que constituent le stress, le manque d’expérience, etc. n’ont pas ou peu d’influence lors de l’exécution d’une mission.

Comment les connaissances des collaborateurs restent-elles à niveau ?

Nous aspirons en permanence au développement et au renforcement des compétences de tous nos collaborateurs. Ainsi, en 2016, le nombre d’heures de formation a atteint environ 7 % du nombre total d’heures prestées.

 

Les cours et formations techniques relatifs à la sûreté nucléaire, à la sûreté classique et à l’environnement représentant plus de 95 % du total des formations suivies.

 

Les centrales nucléaires de Doel et Tihange emploient également de très nombreuses entreprises externes. Les collaborateurs de ces entreprises sont tenus de suivre une formation pour répondre aux mêmes critères de connaissances fondamentales que le personnel d’ENGIE Electrabel.

 

Les opérateurs de la salle de contrôle doivent être titulaires d’une licence spéciale renouvelée tous les deux ans. Celle-ci n’est délivrée qu’au terme d’un cycle de formation spécifique et intensif, d’une formation approfondie sur un simulateur et de la réussite d’un examen en présence d’un organe de contrôle indépendant.