Les centrales nucléaires et l’environnement

Le nucléaire contribue de manière significative à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cependant, comme toute activité industrielle, les centrales nucléaires ont un impact environnemental. Outre des situations plus classiques et communes aux autres types de centrales, le nucléaire se caractérise par une problématique très spécifique, à savoir celle de la radioactivité et des déchets radioactifs. Dans nos centrales nucléaires de Doel et de Tihange, nous nous efforçons sans cesse de diminuer l’impact de leurs activités.

 

Les centrales nucléaires figurent parmi les 73 sites enregistrés EMAS en Belgique
Les centrales nucléaires figurent parmi les 73 sites enregistrés EMAS en Belgique

Le système de gestion environnementale EMAS, s’améliorer en permanence

Nos 2 centrales nucléaires figurent parmi les 73 entreprises en Belgique qui sont enregistrées EMAS (Eco-Mangement and Audit Scheme). Cela signifie qu’elles travaillent avec un système de gestion environnementale qui vise à améliorer la performance environnementale de façon continue.

Dans ce cadre, elles émettent chaque année une déclaration environnementale reprenant les différents impacts de leurs activités sur l’environnement et les mesures mises en œuvre pour garantir la sûreté, préserver l’environnement et veiller au bien-être des collaborateurs.

Ces données sont complétées avec les résultats et objectifs environnementaux, y compris la production et la gestion des déchets et effluents radioactifs. Chaque impact significatif fait l’objet d’un plan d’action destiné à en réduire les effets.

Serge Dauby, responsable Communication pour le site de Tihange :  « Le respect de l’environnement est une priorité dans la centrale de Tihange. Qu’il s’agisse de la diminution de la quantité de papier, d’eau ou d’énergie que nous consommons ou encore du bruit que nous émettons, ces éléments sont analysés avec la plus grande attention, et les actions correctives sont posées là où cela s’avère nécessaire. Des projets divers et variés rythment l’évolution du site comme, à titre d’exemples la plantation de végétations «durables» ou encore l’installation de ruches. L’enregistrement EMAS est un moteur indéniable qui nous encourage à mettre en place de nouvelles actions et à prendre des décisions qui suivent la voie du respect de l’environnement. »

Parmi les émetteurs de CO2 les plus bas, grâce au nucléaire

67% de la capacité de production d'ENGIE Electrabel n'émet pas de gaz à effet de serre. Les centrales nucléaires y contribuent largement. Comme les énergies renouvelables, l’énergie nucléaire est une des sources d’énergie qui engendre le moins de CO2. Elle contribue de manière significative à la lutte contre le réchauffement climatique.

59% de l’électricité qu’ENGIE Electrabel produit est exempte de CO2, grâce notamment aux centrales nucléaires de Doel et de Tihange. Chaque année elles permettent d’éviter l’émission de 20 millions de tonnes de CO2 (comparé avec des centrales modernes aux gaz naturel). Notre parc de production se positionne parmi les moins carbonés en Europe.ranking CO2

Les effluents et déchets radioactifs : une gestion responsable d’une problématique spécifique

L’activité d’une centrale nucléaire engendre des effluents et déchets radioactifs, c’est-à-dire qu’ils contiennent des substances qui continuent d’émettre des rayonnements. Classés selon leur dangerosité, ils subissent des traitements différents.

Les effluents radioactifs

Malgré les meilleures technologies de confinement et de filtration disponibles, il est actuellement impossible de retenir 100% des effluents gazeux radioactifs chargés d’iode, de gaz rares, d’aérosols et de tritium qui accompagnent la fission des atomes de l’uranium. L’activité rejetée est toutefois très faible et largement inférieure aux limites légales autorisées. Les effluents sont stockés dans des réservoirs afin de réduire leur niveau de radioactivité. Ce n’est que lorsque qu’ils ne représentent plus aucun risque ou danger pour l’environnement qu’ils sont rejetés dans l’air.

L’épuration et le conditionnement chimique des circuits nucléaires génèrent des effluents liquides radioactifs qui subissent avant rejet un traitement physico-chimique, permettant d’atteindre un seuil de radioactivité aussi bas que raisonnablement possible. Comme pour les effluents gazeux, le niveau reste très largement inférieur aux limites légales.

Les déchets radioactifs

Les déchets radioactifs sont classés en 3 catégories selon leur durée de vie et leur radioactivité.

Déchets hautement radioactifs issus du combustible usé

Déchets hautement radioactifs issus du combustible usé

Le combustible usé est actuellement stocké sur les sites de nos centrales : sous eau dans des piscines de désactivation à Tihange ou dans des conteneurs à Doel. À plus long terme, après une décision par les autorités sur le statut du combustible usé, il sera transféré soit vers une usine de retraitement pour y être recyclé, soit vers un centre de conditionnement et de stockage.

L’ONDRAF assure la gestion des déchets radioactifs
Déchets faiblement et moyennement radioactifs

Déchets faiblement et moyennement radioactifs

Limiter la quantité de déchets faiblement et moyennement radioactifs constitue un objectif permanent de nos centrales nucléaires. Les quantités dépendent toutefois des activités de maintenance planifiées et des projets. En 2015, les centrales de Doel et de Tihange en ont produits 147 m3

Nous disposons d’installations sur site qui prétraitent une bonne partie de ces déchets avant leur évacuation.

Les filtres à eau, les résines faiblement radioactives et les boues sont stabilisés dans du béton et dans des fûts spéciaux. Les déchets forment de cette façon un ensemble compact avec le béton. Cette technique d’immobilisation est appelée «conditionnement». Les fûts sont alors stockés temporairement sur le site avant d’être transférés chez Belgoprocess.

Les autres déchets, solides et compressibles, sont compactés et évacués pour traitement ultérieur chez Belgoprocess.

Consultez le dossier du Forum Nucléaire sur les déchets radioactifs

 

Le saviez-vous ? En Belgique, c’est l’ONDRAF (Organisme National des Déchets Radioactifs et des Matières Fissiles Enrichies) et sa filiale Belgoprocess qui assurent la gestion des déchets radioactifs. 99 % du volume total des déchets radioactifs consistent en des déchets faiblement et moyennement radioactifs.

Vous avez envie d’en savoir plus, de partager votre point de vue ou de nous contacter ?

Le monde de l'énergie

Le monde de l'énergie

Découvrez nos derniers articles
Une question, une suggestion ?

Une question, une suggestion ?

Venez en discuter sur notre webcafé !
# Producteur local

# Producteur local

Biomasse
Éolien
Hydroélectricté
Nucléaire
    Doel
    Tihange
    Sureté
    Environnement
    Projets
Gaz

Home