Le nucléaire, des projets d’envergure

Nos premières centrales nucléaires ont été mises en service en 1975. Depuis toujours, notre objectif est d’améliorer en permanence la performance de l’exploitation et la sûreté de toutes nos unités. Nous tenons compte des résultats et recommandations de nombreux contrôles pour prendre les mesures adéquates afin d’assurer à chaque instant la sûreté nucléaire. Il s’agit souvent de travaux et d’investissements importants. Pour garantir l’avenir du fonctionnement de nos réacteurs, plusieurs grands chantiers sont en cours à l’heure actuelle.

Long Term Operation (LTO)

Long Term Operation (LTO)

Dans le cadre de la prolongation de la durée de vie des réacteurs nucléaires de Doel 1, Doel 2 et Tihange 1, nous avons élaboré des plans d’action Long Term Operation (LTO) qui décrivent les investissements et les mesures nécessaires pour un prolongement de dix ans de la période d’exploitation de ces centrales. L’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) a estimé adéquats l’approche proposée et les plans d’amélioration qui en découlent et a rendu un avis positif quant à la poursuite de l’exploitation des 3 unités.

Tihange 1

Après la décision en 2012 des autorités de prolonger de dix ans, donc jusqu’en 2025, la durée de vie de Tihange 1, mise en service en octobre 1975, et suite à l’accord que nous avons conclu avec  les autorités sur les conditions de ce prolongement, le plan LTO Tihange 1 est entré en exécution. Il compte une centaine de projets et représente un investissement de 600 millions d’euros.

Doel 1 et 2

La durée d’exploitation des centrales nucléaires de Doel 1 et 2, entrées en service respectivement en février et en décembre 1975, est prolongée de 10 ans, jusqu’en 2025, à la suite d’un accord sur le cadre juridique et économique, conclu avec le Gouvernement fédéral belge en novembre 2015. Le plan d’action LTO mis en œuvre pour ces unités représente un investissement de 700 millions d’euros. Il tient également compte de résultats issus d’autres rapports (e.a. BEST – Belgian Stress Tests).

Publications

Plus d'info sur le site de l'AFCN
BEST, pour Belgian Stress Tests

BEST, pour Belgian Stress Tests

Suite au tremblement de terre et au tsunami qui a gravement endommagé la centrale nucléaire de Fukushima au Japon, en mars 2011, l'Europe a décidé de soumettre toutes les centrales nucléaires à des tests de résistance (stress tests). Ces tests avaient pour objectif de réévaluer les marges de sûreté des centrales nucléaires face à des circonstances extrêmes.

L’AFCN a fait une analyse approfondie de nos rapports BEST pour Doel et Tihange et a conclu que nos centrales nucléaires peuvent résister sans risque à des situations extrêmes et qu’elles peuvent garantir les fonctions de sûreté essentielles. L’Agence a établi un plan d’action d’amélioration, auquel les recommandations du European Nuclear Safety Regulators Group (ENSREG) ont été ajoutées. En concertation avec l’AFCN, nous mettons en œuvre les actions d’amélioration dans les deux centrales.

Les centrales nucléaires belges figurent parmi les plus robustes

L’ENSREG a analysé les rapports des stress tests de toutes les centrales nucléaires européennes. Sur base de son rapport, la Commission européenne a conclu que les centrales nucléaires belges sont parmi les plus robustes.

Anticiper l’inimaginable

Parmi les différentes mesures programmées pour améliorer encore la capacité de résister à des événements imprévisibles, un des projets les plus importants est la construction d’un mur anti-crue qui vise à protéger le site de Tihange contre le risque de crue exceptionnelle de la Meuse.

Publications

Dossier Forum Nucléaire

Plus d'info sur le site de l'AFCN
Inspection scrupuleuse des cuves de Doel 3 et Tihange 2

Inspection scrupuleuse des cuves de Doel 3 et Tihange 2

Durant l’été 2012, des inspections ont révélé la présence de défauts dus à l’hydrogène (DDH) dans les cuves des réacteurs des centrales nucléaires Doel 3 et Tihange 2, exigeant des analyses approfondies. Après 10 mois d'inspections et d'analyses de la résistance de la cuve des réacteurs concernés, l’AFCN a autorisé en juin 2013 le redémarrage des deux unités.

Un programme de tests additionnels était lié au redémarrage des réacteurs nucléaires afin d’évaluer le comportement des cuves des réacteurs sur le long terme. Suite aux résultats non conformes aux attentes d'un test sur matériaux irradiés, ENGIE Electrabel a décidé, en mars 2014, d’anticiper les arrêts programmés des 2 réacteurs et d’approfondir son analyse pour vérifier et expliquer ces résultats.

Plus de 1 500 tests

Un programme d'essais mécaniques et d'expertises métallurgiques a été mis en place. Plus de 1 500 tests sur matériaux ont été réalisés. Les cuves ont à nouveau été inspectées avec des paramètres de sensibilité accrus. Sur base des dossiers remis par ENGIE Electrabel en novembre 2015, l’AFCN a autorisé le redémarrage en toute sûreté des deux unités.

Publications

Infographie

Plus d'info sur le site de l'AFCN

Vous avez envie d’en savoir plus, de partager votre point de vue ou de nous contacter ?

Le monde de l'énergie

Le monde de l'énergie

Découvrez nos derniers articles
Une question, une suggestion ?

Une question, une suggestion ?

Venez en discuter sur notre webcafé !
# Producteur local

# Producteur local

Biomasse
Éolien
Hydroélectricté
Nucléaire
    Doel
    Tihange
    Sureté
    Environnement
    Projets
Gaz

Home