La sûreté nucléaire, un mode de vie depuis plus de 40 ans

Nous exploitons nos 7 centrales nucléaires depuis plus de 40 ans. Pendant cette période, aucun incident avec un impact sur la sûreté des travailleurs, de la population ou de l'environnement ne s’est produit. La sûreté nucléaire a toujours été la priorité absolue pour ENGIE Electrabel. Elle intègre toutes les dispositions mises en œuvre sur le plan technique, organisationnel et humain afin que l’activité de nos centrales nucléaires n’ait aucune incidence néfaste sur l’homme et sur l’environnement : principes de conception et construction, formation et comportement du personnel, contrôles fréquents… (-> dossier Forum Nucléaire sur ce thème)

40 ans d'exploitation en toute sûreté
40 ans d'exploitation en toute sûreté

La sûreté nucléaire : fondée sur plusieurs piliers

La sûreté nucléaire se base sur plusieurs principes fondamentaux et des réglementations très strictes. Une conception particulière, une culture de sûreté forte, et des contrôles fréquents et qualitatifs. Ils permettent d’assurer le fonctionnement à long terme des installations.

La conception de nos centrales nucléaires prend en compte la possible défaillance d’un équipement. C’est pourquoi les équipements fondamentaux pour la sûreté existent en au moins deux exemplaires. C’est le principe de redondance : il empêche qu’une panne d’un élément ne mette en danger la sûreté de la centrale.

Dès la conception et la construction des installations, tout est mis en œuvre pour que les matières radioactives produites par la réaction nucléaire n’entrent pas en quantité significative en contact avec l’environnement. Ainsi, une série de 5 barrières de confinement successives isolent complètement l’uranium et les produits de fission hautement radioactifs afin de prévenir le rejet de radioactivité.

2430_Splijtstof_FR

Le saviez-vous ? Le combustible est enveloppé 5 fois pour prévenir le rejet de radioactivité. 

Pour faire partie des meilleurs exploitants nucléaires mondiaux, nous devons aussi gérer la composante humaine. C’est pourquoi le développement et le renforcement d’une culture où les attitudes de sûreté sont des réflexes naturels, est un élément clé de nos Plans de sûreté nucléaire quinquennaux.

Les quelque 2 000 collaborateurs de nos centrales nucléaires témoignent d’une haute qualification et expérience. Les opérateurs actifs dans la salle de contrôle doivent être titulaires d’une licence spéciale (renouvelée tous les 2 ans) qui atteste de leur capacité à piloter la centrale. Elle est délivrée après un cycle de formation spécifique et intensif, ainsi qu’un entraînement poussé sur simulateur, et après la réussite d’un examen en présence d’un organisme de contrôle indépendant.

Chaque année, des exercices des plans d’urgence interne et externe sont organisés avec l’implication du personnel de la centrale.

Le saviez-vous ? Nos centrales nucléaires disposent de leurs propres centres de formation avec un simulateur full-scope qui est en mesure de reproduire tous les aspects du fonctionnement de la centrale.

L’industrie nucléaire, l’industrie la plus contrôlée dans le monde

Nos centrales nucléaires sont fréquemment soumises à des contrôles externes très strictes, tant au niveau national qu’international, qui évaluent le niveau de la sûreté des installations dans un souci d’amélioration continue.  

L'échelle INES, un outil de communication

 

Les accidents de Three Miles Island (1979) et de Tchernobyl (1986) ont mis en évidence les difficultés éprouvées par les responsables du secteur nucléaire à communiquer avec la presse et le grand public. La nécessité s’est fait sentir de disposer d’une échelle de référence qui puisse être utilisée en cas d'incident ou d'accident nucléaire. Il s’agit de l'échelle INES.

L'échelle internationale INES (International Nuclear Event Scale) classe les incidents et accidents sur une échelle de 1 à 7. L'évaluation des incidents et accidents dépend de 3 critères : les conséquences pour la population et l'environnement, les conséquences sur le site et la dégradation de la défense en profondeur. Les événements sans importance sont classés dans la catégorie "en dessous de l'échelle/niveau zéro".

Il est fondamental de rappeler qu'il s'agit exclusivement d'un outil de communication et que le nombre d'événements INES ne peut être utilisé seul pour évaluer le niveau de sûreté d'une installation nucléaire.

Les événements INES qui se produisent font à chaque fois l’objet d’un communiqué de la part de nos centrales (Doel, Tihange).

Fukushima et Tchernobyl

En 2016, il y a respectivement 30 et 5 ans qu’un accident nucléaire se produisait dans une centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine) et de Fukushima (Japon). Le Forum nucléaire belge a élaboré des dossiers détaillés sur les causes et conséquences des deux accidents. Vous pouvez les consulter ici : Fukushima - Tchernobyl

Vous avez envie d’en savoir plus, de partager votre point de vue ou de nous contacter ?

Le monde de l'énergie

Le monde de l'énergie

Découvrez nos derniers articles
Une question, une suggestion ?

Une question, une suggestion ?

Venez en discuter sur notre webcafé !
# Producteur local

# Producteur local

Biomasse
Éolien
Hydroélectricté
Nucléaire
    Doel
    Tihange
    Sureté
    Environnement
    Projets
Gaz

Home