La deuxième phase des travaux de la GDF SUEZ Tower s’achève. Depuis ce début d’année, la seconde tour du siège belge du groupe est opérationnelle. Sous la dalle de celle-ci ont été forés, à 92 m de profondeur, 189 puits géothermiques ! Ils permettent de couvrir 50% des besoins du bâtiment en chauffage l’hiver et en refroidissement l’été.

ENGIE Tower Brussels jbcLa géothermie est devenue une source d’énergie incontournable des bâtiments basse consommation. Une technique maîtrisée par les filiales de GDF SUEZ et qui est aujourd’hui l’atout énergétique majeur du siège belge du Groupe. Son utilisation pour un immeuble de bureaux à une telle échelle figure d’ailleurs parmi les premières européennes en la matière.

Ce sont en effet pas moins de 189 pieux géothermiques qui ont été installés sous la dalle de la seconde tour forés, à 92 m de profondeur.

20 à 30% d’économie d’énergie

Les puits de géothermie de la GDF SUEZ Tower assurent une production moyenne d’énergie renouvelable équivalant à 1,4 GWh, soit 50% de la demande totale des deux tours du bâtiment. Grâce à eux, l’entreprise réalisera une économie d’énergie estimée entre 20 et 30%. Elle réduira également de quasi 30% ses émissions de CO2 par rapport à un immeuble classique.

L'installation géothermique est raccordée, via l'échangeur de chaleur, aux chaudières à condensation à faible émission de NOx et aux systèmes de refroidissement à très haut rendement. Ainsi, ce sont tant les besoins en chaleur (l’hiver) qu’en refroidissement (l’été) qui peuvent être couverts. Ces besoins en apport calorifique et en refroidissement étant relativement similaires (3 GWh en chaud, 2,4 GWh en froid), l’équilibre annuel était idéal pour aménager des puits de stockage via une installation géothermique peu profonde.

Du triple vitrage et une étanchéité renforcée

Pour améliorer l’efficacité énergétique de la GDF SUEZ Tower, du triple vitrage à contrôle solaire a été posé. Offrant un confort thermique et acoustique exceptionnel. L’isolation de ce type de vitrage est en effet neuf fois supérieure à du simple vitrage et cinq fois supérieure par rapport à du double vitrage. Le gaz argon injecté dans l’espace séparant chaque couche de vitrage porte le facteur solaire à 25% et permet d’afficher un coefficient de transfert thermique très faible évalué à 0,6 W/m2.K.

L’étanchéité à l’air du bâtiment a également été renforcée pour atteindre les... 100% ! Les différents éléments de la façade et leur mise en œuvre ont été longuement étudiés pour éviter toute perte énergétique, toute formation de condensation ou créer le moindre inconfort pour les 3.100 collaborateurs qui travaillent quotidiennement dans la GDF SUEZ Tower.

À lire également :

20.06.2014